Project Description

L’attention entre facultés humaines et dispositifs techniques

CONFÉRENCE — ME 12 OCTOBRE 20H

Le projet de l’Hexagone permet aux artistes d’être au contact de l’avancée des connaissances et des technologies en train de s’inventer. C’est ce que l’Atelier Arts Sciences permet depuis dix ans dans le cadre du partenariat avec le CEA centré sur les technologies.

En concertation avec le ministère de la Culture et de la Communication et le CNRS, nous ouvrons de nouvelles portes et construisons un partenariat avec l’Unité mixte de recherche Litt&Arts de l’université Grenoble Alpes. C’est un nouvel atelier commun qui s’invente : l’Atelier Arts et Technologies de l’Attention. Il proposera des travaux de recherche entre artistes et scientifiques, des neurosciences à la géographie, en passant par la littérature, le cinéma, les arts du spectacle — un spectre large autour des sciences humaines. L’enjeu des activités organisées dans cet atelier est de mieux comprendre comment nos attentions, en filtrant notre expérience du monde, structurent la façon même dont notre réalité se constitue, et comment certains dispositifs techniques, médiatiques et artistiques, peuvent à leur tour conditionner le fonctionnement de notre attention. Pour inaugurer ce partenariat nous présentons deux conférences en forme de point de départ à cette nouvelle aventure autour de l’attention.
Ces conférences ouvertes à tous, seront données en parallèle à un séminaire de recherche qui aura lieu à l’université.

Les conférences seront présentées par Luc Gwiazdzinski, géographe, enseignant en aménagement et urbanisme à l’IGA – UGA, chercheur laboratoire Pacte UMR 5194 CNRS, responsable du master Innovation et territoire.

La conférence de Katherine Hayles portera sur les effets des media numériques sur l’attention humaine du point de vue de la neurologie, au sein d’une problématisation large des formes de cognition humaines et techniques. En s’appuyant sur les résultats récents des recherches en neurosciences, elle esquissera un cadre d’analyse distinguant différents modes de conscience, de cognition non-consciente et de processus matériels. Les concepts d’« attention profonde » et d’« hyper-attention », centraux dans son ouvrage Lire et penser en milieux numériques.
Attention, récits, technogenèse (ELLUG, 2016), seront revisités comme émergeant d’assemblages cognitifs qui incluent à la fois des sujets humains et des dispositifs techniques de connaissance.

Katherine Hayles est professeure de littérature à Duke University. Ses recherches portent sur les relations entre la littérature, les sciences et la technologie aux XXe et XXIe siècles. How We Became Posthuman: Virtual Bodies in Literature, Cybernetics and Informatics (1999) a reçu le prix René Wellek récompensant le meilleur ouvrage de théorie littéraire en 1998-99. Son ouvrage Lire et penser en milieux numériques. Attention, récits, technogenèse est publié aux éditions ELLUG en 2016.

logo_maison-de-la-creation             LOGO_universite-grenoble-alpes


Retrouvez la librairie Les Modernes dans le hall du théâtre

logo_les_modernes